En hiver 2019, je reçois Kiki à l’entraînement. Né en 2015, Kiki est une jument KWPN acquise par sa propriétaire dans le but de progresser en équitation. Après un check avec l’ostéopathe et le vétérinaire, il s’est avéré que Kiki a un bassin très oblique et qu’elle était très contractée au niveau musculaire. C’est avec Kiki que j’ai pu démontrer les bienfaits du travail à pied et de la gymnastique du dressage.

Il fallait reprendre le dressage à zéro avec Kiki. À 4 ans et demi, elle avait tout à apprendre. J’ai commencé à la travailler en longe pour l’aider à s’équilibrer et à se décontracter, puis en main, pour relâcher ses muscles. Son éducation à pied a été très progressif. Je lui ai accordé beaucoup de pauses entre les exercices et j’ai varié le plus possible les activités. Au bout de 5 mois, avec préparation physique aux longues rênes, j’ai commencé à monter Kiki. Durant toute cette période, sa propriétaire prenait des cours à pied pour améliorer sa relation avec la jument.

Je suis très satisfaite de la progression de la jeune jument. Certes, elle a encore beaucoup à apprendre, mais elle est motivée, fiable et réceptive. Elle est très agréable et légère à monter et nécessite un cavalier qui a du tact. Avec Kiki, je peux vraiment pratiquer une équitation de sensations : il faut rester attentif à son comportement et être très tolérant, car, à force de vouloir bien faire, des fois, elle se contracte et bloque ses mouvements. Pour moi, Kiki est un cheval à monter avec beaucoup d’amour et de douceur et c’est en respectant son rythme d’apprentissage et ses limites que la complicité entre elle et son cavalier s’installera.